Quarante années de Patrimoine industriel en France

Un bilan disponible dans la revue du CILAC n°66/67

Le XVIe congrès du Comité international pour la conservation du patrimoine industriel (TICCIH) qui s’est déroulé à Lille en septembre 2015 autour du thème Le patrimoine industriel au XXIe siècle. Nouveaux défis, a été l’occasion de dresser un bilan du patrimoine industriel dans le monde et d’ouvrir de nouvelles perspectives sur ses acteurs, ses réalisations et sa reconnaissance. À cette occasion, le Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel (CILAC) a décidé de se lancer dans l’exercice périlleux mais nécessaire du bilan de quarante années de patrimoine industriel en France : quarante années de lutte pour la reconnaissance d’un champ patrimonial, qui furent jalonnées de découvertes, d’études, d’actions militantes, de protections et de valorisations.

À cet égard le CILAC rappelle que « ce bilan fait apparaître la réalité d’un cheminement qui s’est appuyé sur trois pieds : le mouvement intellectuel, né dans les années 1970, a mené une réflexion indispensable et a conduit à la constitution d’une base intellectuelle et théorique solide de ce champ de ce qui apparaissent alors comme les nouveaux patrimoines ; un mouvement associatif, bien au-delà du seul CILAC, a fait découvrir et a porté des sites, s’est battu pour leur préservation et leur défense à même le terrain  ; enfin l’action des politiques et des  pouvoirs publics a répondu aux nécessités sociales et patrimoniales… ».

Le n°66/67 de la revue du CILAC Patrimoine industriel paru au printemps 2016 rend compte de ce travail. L’introduction revient sur le cadre de ces actions de préservation : le contexte de crise économique et de désindustrialisation, le rôle des associations et des mouvements de défense des sites, l’impulsion donnée par le mouvement des écomusées et des musées de société né en France durant cette période, la prise en compte du patrimoine industriel par l’État, le développement du tourisme culturel, l’émergence d’une nouvelle génération de chercheurs et la mise en place de modules d’enseignement et de recherche consacrés au patrimoine industriel… Toutefois le propos est nuancé et s’il se réjouit des réussites, il rappelle également les échecs et les destructions graves qui ont été commises pour pointer les difficultés à venir ainsi que les nouveaux défis et perspectives qui s’ouvrent dans ce domaine.
Le numéro ne se veut pas exhaustif mais rassemble une série d’articles qui sont autant d’approches et d’éclairages sur la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine industriel français : Les manufactures : amour, gloire et beauté (Louis André) ; Le patrimoine sidérurgique français, un état des lieux (Denis Woronoff) ;  Industrie textile et patrimoine (Geneviève Dufresne) ; La mine française devenue patrimoine, 35 années d’actions (Pierre-Christian Guiollard) ; Patrimoine hydraulique et hydroélectrique : uni pour l’avenir ? (Yves Bouvier et Denis Varaschin) ; Les patrimoines des transports en France (Paul Smith) ; L’Île-de-France, dont Paris (Nicolas Pierrot); Le patrimoine industriel d’une région de France : la Champagne-Ardenne (Gracia Dorrel-Ferré) ; Taper sur la machine ? La difficile patrimonialisation du mobilier industriel (Géraud Buffa) ; Les musées industriels, acteurs de la dynamique des territoires (Florence Hachez-Leroy) ; La reconversion industrielle : quand l’usine devient patrimoine ou pas (Florence Hachez-Leroy).
Vingt-quatre notices présentant des sites et équipements remarquables (Le Familistère de Guise, La Forge de Buffon, La rotonde ferroviaire d’Avignon, La grue jaune Titan de Nantes, La fosse 9-9 bis d’Oignies, Les docks de la Joliette…) et une bibliographie indicative complètent cet ensemble

Renseignements

CILAC
BP 20115
75261 Paris cedex 06
cilac@cilac.com
www.cilac.com

11ea9799ceb37493e2e740c8dc87ee82\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\