Renouveler l’attractivité de la médiation scientifique, technique et industrielle auprès des jeunes publics

Journée d’études, le 10 février 2017 à Arras

Organisée par Proscitec, Patrimoines et Mémoires des Métiers, Cité Nature, le Master Expographie Muséographie de l’université d’Artois, l’association Les Muséographes, la Direction régionale des Affaires culturelles des Hauts-de-France, la journée d’études Renouveler l’attractivité de la médiation scientifique, technique et industrielle auprès des jeunes publics aura lieu le 10 février 2017 à Arras.

La question du jeune public est centrale pour les musées et lieux d’exposition, quels que soient l’importance, la taille et les moyens de l’institution. Non seulement parce que c’est un pari sur la formation des publics de demain, mais parce qu’une responsabilité particulière en terme de transmission se pose. Toutefois, longtemps le musée s’est vu comme un complément, si ce n’est un supplétif de l’école. Les mutations, tant dans le domaine de l’enseignement que dans le secteur culturel sont aujourd’hui nombreuses et appellent de nouvelles réponses. Loin d’être un synonyme de l’instruction, la mission éducative du musée réside davantage à être un lieu d’expression, de création et d’affermissement de la citoyenneté. En ce sens, les offres de médiation, déjà nombreuses doivent être développées, et sans doute convient-il d’inventer de nouvelles formes correspondant aux nouvelles pratiques des publics visés. Longtemps les institutions ont reçu des groupes scolaires dans leur mur, pour leur proposer des activités variées, et plus rarement, dans les grands établissements, des espaces d’exposition dédiés. Cependant, la restriction des possibilités de sorties scolaires, et le manque de moyens dans les sites pour développer des offres spécifiques, limitent l’extension des actions.
Il se trouve que la récente réforme des temps scolaires ouvre le champ à une réflexion renouvelée. Le plus souvent les groupes ne peuvent pas se rendre dans les sites durant ce trop court laps de temps (1 h 30), ce qui limite jusque-là les partenariats et semble interdire de nouvelles collaborations. Au sein des établissements, une demande d’offres existe pourtant pour diversifier les activités proposées. Les élus et les partenaires des collectivités sont sensibles aux propositions qui pourraient être faites en ce sens, afin de donner à ce temps périscolaire une dimension plus attractive. Il y a donc là un champ de réflexions à approfondir pour dépasser les limites des uns et des autres, et permettre de nouvelles synergies, pour inventer de nouvelles propositions au bénéfice de tous. L’intervention possible de bénévoles formés à ces questions semble une dimension particulièrement heuristique pour le renouvellement des actions culturelles faites par les sites. Une opportunité existe donc pour les lieux culturels d’imaginer de nouvelles formes.

La journée d’études Renouveler l’attractivité de la médiation scientifique, technique et industrielle auprès des jeunes publics propose de conduire une réflexion sur la manière dont les sites peuvent développer des actions hors les murs, pour sensibiliser les jeunes publics par des activités récréatives, qui leur donneraient l’envie de poursuivre et prolonger des actions culturelles sur le plus long terme avec l’institution muséale. Il y a là un champ d’expérimentation à investiguer qui semble prometteur pour l’institution culturelle, comme pour les établissements scolaires, de manière à inviter chacun à faire une partie du chemin qui le conduit vers l’autre. La journée posera le cadre du contexte et de ces enjeux, puis visera à explorer différentes pistes que les services de médiation expérimentent ou pourraient expérimenter afin de s’emparer des trois temps : le temps scolaire, le temps périscolaire et le temps extra-scolaire, de manière à mieux les relier et à imaginer de nouvelles actions. La journée développera des ateliers de réflexions prospectives à partir de récits d’expériences et à partir des cas concrets de propositions existantes dans des sites. Il s’agira d’imaginer ensemble des actions sous la forme d’un Workshop, en mêlant professionnels et bénévoles des sites, enseignants et relais éducatifs intéressés, jeunes professionnels en formation, et analystes de l’école et des musées.

Programme prévisionnel

Matin : introduction

  • Ouverture avec un élu de la municipalité en charge du secteur éducation/culture
  • Quel programme et quelle temporalité pour les activités en milieu scolaire ? Christine Dalbert, Académie de Lille (sous réserve)
  • Pourquoi des médiations ? Pourquoi vient-on au musée aujourd’hui ? Serge Chaumier, université d’Artois
  • Les spécificités des médiations pour enfants, Cora Cohen et Ana Chiaruttini
  • L’opération Musées(em)portables : des actions conduites avec des collégiens ou des lycéens, Isabelle Roussel-Gillet
  • Présentation d’études de cas internes ou externes au réseau ; de médiations exemplaires 
(associations partenaires : L’Outil en main / Les Petits débrouillards…)

Après-midi : Workshop
Chaque atelier composé de quinze à vingt personnes est co-animé par un animateur référent, une équipe d’étudiantes en master, et de membres du réseau Proscitec (et des sites des Hauts-de-France intéressés) et prendra l’exemple de thèmes développés dans les sites afin de s’interroger à partir de l’existant sur ce qui pourrait être imaginé comme activités. Les propositions sont ensuite présentées en séance plénière.

  • Atelier 1 : Développer des actions avec les écoles : à partir des sites industriels (mine, textile, métallurgie)
  • Atelier 2 : Développer des actions avec les écoles : à partir des métiers d’art et artisanaux
  • Atelier 3 : Développer des actions avec les écoles : à partir des sites de science et de techniques
  • Atelier 4 : Développer des actions avec les écoles : à partir de la question du monde rural (agro-alimentaires et traditions populaires)
  • Atelier 5 : Développer des actions avec les écoles : à partir de la question des transport (mer, terre, rail, route)

Restitution des synthèses des ateliers par les étudiantes en master et conclusion générale par les animateurs des ateliers.

Inscriptions

La journée est gratuite sur inscription auprès de : contact@proscitec.asso.fr ou serge.chaumier@univ-artois.fr.

17674ac628b00e76d453e7a07e85a7b2FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF