Observation

Ce secteur mène une mission d’observation au service des réseaux, des institutions et des acteurs impliqués dans des politiques culturelles et des pro­gram­mes en lien avec le patrimoine et la culture scientifiques et techniques.

Produire et diffuser des informations et des connaissances, au service des acteurs du Patrimoine et de la Culture scientifiques et techniques

Missions

2016-0CIM-Etudes_analysesLes missions se déclinent à ce jour en quatre axes opérationnels :

  • un dispositif de production et diffusion de données et de connaissances sur les acteurs, les actions, le patrimoine et les publics d’institutions culturelles ciblées ;
  • une plateforme de rencontre et de dialogue entre les réseaux d’acteurs, des cher­cheurs et d’experts autour des dispositifs d’observation ;
  • une analyse prospective sur des thèmes en lien avec les enjeux du champ du Pa­trimoine et de la Culture scientifiques et techniques ;
  • une assistance technique et méthodologique en termes d’évaluation et de dyna­mique partenariale.

Philosophie, méthodologie et périmètre

Le périmètre d’observation de l’OCIM s’applique à l’ensemble des acteurs publics im­­pliqués dans des politiques de Patrimoine et de Culture scientifiques et techniques.

Il concerne en premier lieu des structures dont la mission principale relève de la mé­dia­­tion scientifique ou/et de la gestion d’un patrimoine scientifique, technique et na­tu­rel comme les muséums, les universités, les centres de culture scientifique, tech­ni­que et industrielle, les écomusées, les musées de société, les musées disposant d’une collection à caractère scientifique et technique, les planétariums, les jardins botaniques…

L’appellation polysémique « Observatoire » renvoie à des dispositifs très variés : des la­boratoires d’analyse de tendances, des agences d’accompagnement professionnel, des instituts de statistiques… L’OCIM a décidé de mettre l’accent dans un pre­mier temps sur la production de chiffres, fiables, homogènes et réactualisables sur les institutions qui sont le cœur de cible de l’OCIM. Il a mis en place des plate­formes de recueil de données et des dispositifs d’enquête. Ces dispositifs de recueil de don­nées de l’Observatoire ont été pensés selon deux éléments méthodologiques essentiels :

  • des outils d’observation qui sont construits sur une base d’information commune à l’ensemble de nos dispositifs d’observation mais qui développent une partie spécifique pour chacune des familles institutionnelles observées ;
  • une méthodologie construite sur la participation des acteurs tout au long du pro­cessus (conception, développement et traitement) avec l’instauration d’un dialogue avec un référent national, expert de la famille observée.

Afin de mener à bien sa mission d’observation, l’OCIM est accompagnée par un co­mi­té d’observation. En outre, et selon les projets, l’OCIM travaille avec de nombreux partenaires : Association des Jardins botaniques français et de pays francophones, CIRASTI, Conférence Permanente des Muséums de France AMCSTI, Réunion des CCSTI, Association des Planétariums de Langue Française…

Différents dispositifs de recueil de données

Le recueil de données porte systématiquement sur les structures (statut, budget, information RH…), les activités, les collections et les publics.

Plateformes collaboratives de recueil de données

Plusieurs plateformes d’observations pérennes et évolutives sont actuellement mises en œuvre, ces dispositifs d’observation recueillent des données dans le temps et sont actualisés chaque année :

  • Plateformes OCIM-Muséums conçue en partenariat avec le Conférence Permanente des Muséums de France (CPMF). Cette plateforme a donné lieu à la publication du rapport Muséums 2010, disponible à l’OCIM (acheter le rapport).
  • Plateforme OCIM-Universités, conçue en partenariat avec un groupe pilote d’universités.
  • Plateforme OCIM-CCSTI (en cours) en partenariat avec l’AMCSTI et la Réunion des CCSTI, avec comme référent national Fabrice Thuriot.

En savoir plus sur les plateformes collaboratives

Dispositifs d’enquêtes

En complément des plateformes collaboratives, l’OCIM propose également des enquêtes ponctuelles.
Ce second dispositif est proposé aux autres familles d’acteurs, aussi nombreuses et diverses soient-elles (dans leur statut, histoire, rattachement administratif, ancrage disciplinaire…) qui souhaitent être parties prenantes d’un dispositif d’observation initié par un service d’université sur une période délimitée.
L’observatoire sollicite alors la fédération ou l’association la plus légitime pour représenter cette famille d’acteurs ou le cas échéant constitue un groupe pilote ad hoc représentant ces structures dans leur diversité et met un œuvre une enquête auto-administrée (questionnaire papier, en ligne, etc.).

L’enquête Jardins botaniques – Données 2010 en partenariat avec les Jardins botaniques de France et des pays francophones a donné lieu à la publication du rapport Jardins botaniques 2010, disponible à l’OCIM (acheter le rapport).

Etudes transversales

Au-delà de la production de données quantitatives par familles d’acteurs, l’Observatoire s’engage à propose des études transversales sur

  • Les politiques et dynamiques territoriales : à partir d’un territoire défini (région, ville…), l’Observatoire propose un état des lieux des acteurs, des réseaux de partenaires, des flux des publics, de la circulation des actions…(la Champagne Ardenne sous le prisme de son CCSTI)
  • Repérage des collections naturalistes en France : l’observatoire prépare un outil cartographique en ligne qui permet le repérage des collections naturalistes dans différentes structures patrimoniales (muséums, musées mixtes, universités, écomusées etc.)
  • Dossiers thématiques : l’OCIM propose également des dossiers thématiques, des bibliographies sélectives ou encore des synthèses parues pour la plupart dans La Lettre de l’OCIM sur des thèmes qui répondent au questionnements des acteurs : Patrimoine Scientifique, Technique et Naturel ; « Quels indicateurs pour les actions de culture scientifique et technique ? » en vidéo)

Références bibliographiques

Observer, questionner, accompagner… un observatoire pour la culture scientifique et technique, Actes des rencontres professionnelles de l’OPCST, 26 et 27 nov. 2009.
Belaen F., Genèse d’un observatoire, La Lettre de l’OCIM, 2009.
Belaen F., Observatoire de l’OCIM : le participatif à l’œuvre, La Lettre de l’OCIM, 2012.
Le Marec J., Belaen F., La création d’un observatoire : que s’agit-il de représenter ? », in Communication & Langages, « Les observatoire et l’observation », Editions : Necplus, mars 2012.

be1d54b5f9038dbe798f2988f7dda271*********