Médiation

Définition synthétique

Action de communication qui vise à réduire l’écart entre deux choses, à rapprocher les cultures des individus à des fins éducatives, récréatives et citoyennes.

Au sens le plus abstrait, la médiation est un processus identitaire individuel et collectif. C’est par la médiation qu’un individu s’inscrit dans une collectivité et qu’une société s’inscrit dans le monde et son histoire en s’appropriant et en interprétant les productions des différentes cultures, de diverses époques.

La médiation participe à la transformation des rapports sociaux et à l’évolution des transmissions culturelles. Productrice de sens, elle cherche à faire émerger des références communes et à modifier les perceptions et les pratiques de ceux qui reçoivent les contenus médiatisés.

Dans le musée, elle prend part à la mission de mise en public des patrimoines, c’est-à-dire des objets et des concepts qui leur sont attachés. Elle aide les visiteurs à s’approprier leurs significations. Elle établit des connections intellectuelle et émotionnelle entre ce qui est montré et le public dans un but pédagogique. L’exposition est en soi une forme de médiation.

A un niveau plus pratique, la médiation recouvre un ensemble d’interventions muséales concrètes destinées aux publics. Dès qu’on entre à ce niveau de définition on rencontre la figure du médiateur, ce professionnel de l’accueil et de l’encadrement des visites. Dans l’exposition, la médiation intervient pendant le parcours et participe aussi à la préparation et au prolongement de la visite. Deux types de médiation coexistent : la médiation directe ou présentielle repose sur un médiateur qui met en scène un discours destiné à des visiteurs en groupe. Dans la  médiation indirecte ou support, à l’intersession des médiateurs se substituent des dispositifs matériels et technologiques destinés aux visiteurs potentiels, tels que les outils d’aide à la visite, les textes explicatifs, balisages de parcours, modes d’emploi, jeu sur support papier, vidéo ou autres.

En principe, pour qu’il y ait médiation, il faut qu’un écart existe entre ce qui est immédiatement perçu et les significations sous-jacentes. Cet écart peut être réduit par la formalisation d’un lieu de rencontre entre des initiatives de diffusion et leur appropriation par des récepteurs. Dans un espace d’interactions, un intermédiaire, c’est-à-dire une personne, un support et/ou une monstration, établit le dialogue entre un objet et/ou des connaissances et les publics. Par l’élaboration d’un acte de discours, d’une mise en scène, cette intercession transforme les contenus diffusés, modifie les modalités de réception et change les rapports au temps et à l’espace. A l’autre bout de la chaine, la singularité et la sociabilité des individus affectent la réception. La médiation est un mouvement, « une dynamique communicationnelle complexe » : le contenu, l’intermédiaire-média(teur) et le public-récepteur s’influencent mutuellement. Chacun procède aux réajustements qui s’imposent pendant le processus.

L’adaptation des participants à la médiation et la liberté d’interprétation laissée à chacun sont les critères distinctifs de la médiation par rapport à la vulgarisation.

Téléchargement

ac87dccc69ff605209ccb334059d273d((((((((