Journée d’étude : Quelle place pour des actions sociales dans les institutions muséales ?

Les institutions culturelles, et notamment les musées, s’ouvrent à un plus large public, en prenant en compte des caractéristiques diverses qu’elles soient physiques, psychologiques ou sociologiques, reflets d’un rapport à la culture mais aussi d’une position dans l’espace social. Pour autant peut-on parler d’action sociale ? Cette journée pose donc une interrogation dont la pertinence et la légitimité sont déjà en soi à discuter.
Penser cette ouverture plurielle de l’institution sur la société constitue un défi difficile à relever pour les professionnels. En effet, ils ont à tenir compte de la réalité sociale et du territoire pour créer les conditions de la rencontre avec l’autre, sa culture, sa différence.
Dans quelle mesure le musée est-il acteur de lien social ? Quels sont les objectifs visés, les publics destinataires et les perspectives, notamment en terme de démocratisation et démocratie culturelle ? Comment développer un accueil spécifique, une médiation adaptée, sans enfermer dans une catégorie ou un rôle, souvent réducteur et dévalorisant ? Quel est l’impact de cette rencontre pour l’institution et ses acteurs ?

À travers des témoignages de professionnels ayant initié des projets divers (exposition, médiation, action pédagogique, éducation artistique et culturelle…) en direction de publics en difficulté, cette journée d’étude propose de s’interroger sur une mission fondamentale portée par les institutions muséales : l’accueil de tous. Penser cette ouverture est alors l’occasion de réfléchir à la relation entre musée et lien social pour questionner les valeurs qui fondent la culture aujourd’hui.

Responsable scientifique :
Philippe Ifri, Les Champs Libres, Rennes

Destinataires :
Conservateurs, responsables de la programmation culturelle, responsable des services des publics et des services éducatifs

Frais de participation :
100 euros incluant la restauration