Quelle place, aujourd’hui, pour les sciences ?

Conférence de Etienne Klein, Physicien au CEA, enseignant à l’Ecole Centrale, docteur en philosophie des sciences, Paris

Le 3 septembre 1952, Gaston Bachelard donna à Genève une conférence intitulée « La vocation scientifique et l’âme humaine », dont les premières phrases furent celles-ci : « Depuis le début de notre siècle, il est fort commun de rencontrer des philosophes qui semblent avoir pris pour tâche de donner à la science mauvaise conscience. D’une manière inlassable, on répète l’anecdote du sorcier qui met en branle des forces cachées sans plus jamais avoir le pouvoir de les remettre au repos quand les forces déchaînées deviennent pernicieuses. Mais est-ce vraiment la science qui est responsable de l’accentuation du drame humain ? Jadis, dans les tout derniers siècles, les progrès de la science étaient toujours des arguments pour la confiance en l’humanité de l’homme. A partir de quel niveau de puissance devrait-on changer de philosophie ? Y aurait-il un point de l’histoire où commence une perversion des valeurs humaines ? »
Ces phrases de Bachelard nous semblent-elles aujourd’hui vieillies, dépassées ? Ou bien demeurent-elles pertinentes pour juger de l’actualité présente ? Quelle place voulons-nous donner à la science dans notre société ?

Conférence ouverte à tous, organisée dans le cadre de la formation continue des enseignants.

– le 29 janvier 2010 de 14:00 à 16:00

Renseignements :
Espace Mendès France – 1 place de la Cathédrale, 86000 Poitiers