La présentation de l’échelle des temps géologiques au muséum Cuvier de Montbéliard

Comment présenter les millions d’années d’histoire de la Terre au public ? Il est très difficile, voire impossible, de trouver une réponse globale et satisfaisante pour tous. Le muséum Cuvier de Montbéliard propose une nouvelle approche – L’échelle des temps en cubes – pour vulgariser la représentation des temps géologiques dans les musées.

Le muséum Cuvier, a décidé de favoriser le respect des proportions entre les durées des étages géologiques. Le but affiché n’est pas d’enseigner l’échelle des temps aux visiteurs mais bien d’essayer, un court instant, de les faire sortir de l’anthropomorphisme général dans lequel ils évoluent au quotidien et de montrer l’insignifiance des civilisations humaines au regard de la vie de la planète Terre tout en égratignant gentiment et intelligemment l’orgueil humain.

L’histoire du genre Homo a 2,5 millions d’années d’existence, soit environ 150 000 générations qui nous ont précédées. Pourtant, si cela semble très long, cela ne représente que 0,05 % de toute l’histoire de notre planète depuis sa formation, voici près de 4,5 milliards d’années. Que s’est-il passé sur la Terre pendant les 99,95 % de temps où il n’a pas connu le genre humain ? On peut logiquement supposer qu’il y eut 99,95 fois plus d’histoires que la nôtre ; que ces histoires ont été bien plus longues que la nôtre, et pourquoi pas, bien plus intéressantes que la nôtre…

Un cerveau de non-géologue a tendance à mélanger les millions et les
milliards d’années et un étudiant en géologie met environ trois ans avant de bien maîtriser les notions de temps géologiques et d’autres années encore avant de pouvoir les vulgariser et les enseigner. Si les tentatives de vulgariser l’échelle des temps géologiques sont nombreuses (muséum, ouvrages…), néanmoins, lorsqu’on inventorie les techniques utilisées, on s’aperçoit très vite que le choix est restreint. Deux tendances lourdes apparaissent dans les tentatives de vulgarisation des temps géologiques :

– l’explication par le linéaire est souvent utilisée dans les musées ; une bande de peinture au sol de 10 m (muséum de Lille en 2001) dont les 8,70 premiers mètres caractérisaient le Précambrien (1 couleur), les 80 cm suivants l’ère Primaire (2e couleur), les 40 cm suivants l’ère secondaire (3e couleur), les 9 cm suivants l’ère tertiaire (4e couleur) et le tout dernier centimètre le quaternaire (un trait). Le tout agrémenté de quelques informations : apparition de la Vie, apparition et disparition des Dinosaures, apparition de l’Homme… Si les proportions sont bien respectées, la faiblesse réside dans la pauvreté des informations (on ne peut pas couvrir le plancher du musée de textes) et dans le fait qu’un visiteur ne peut pas percevoir l’ensemble des informations d’un seul regard.

– l’explication par la spirale des temps mise sur l’esthétisme (réussi le plus souvent), mais la perspective de la profondeur de la spirale annihile toute perception de proportion des temps géologiques… qui est l’information première à expliquer. Il en ressort une fausse impression d’accélération d’évènements (biologiques, humains, géologiques, climatiques…) au fur et à mesure que l’on se rapproche de l’actuel.

Le projet initial de L’échelle des temps en cubes était de satisfaire deux exigences : respecter les proportions de durée et permettre au public de tout voir d’un seul regard.
La solution trouvée a été, pour chaque étage géologique, de calculer la racine cubique de son âge, donnant ainsi les dimensions d’un cube ; les millions d’années de l’étage étaient transformées en volumes. Travaillant en trois dimensions, le Précambrien (près de 4 000 millions d’années) et le Pléistocène (1,74 millions d’années) pouvaient être dorénavant englobés dans un même regard.

Si un premier travail au muséum d’Histoire Naturelle de Lille ne dépassa
pas le stade papier et seule la photographie de l’échelle accompagnée d’un texte était accessible au public, l’échelle en trois dimensions a été réalisée à Montbéliard pour une mallette pédagogique d’une part et dans le cadre de la rénovation de la Galerie Cuvier d’autre part :

– la mallette pédagogique « vertébrés » a été le résultat d’une collaboration entre le musée archéologique de Lons-le-Saunier et le muséum Cuvier à partir d’une mallette préexistante au musée jurassien. Une échelle des temps géologiques en cubes a donc été intégrée et, tout naturellement, le Précambrien devint la mallette elle-même. Une échelle des temps linéaire comparant la vie de la planète à une année humaine a même été rajoutée.

– dans le cadre de la rénovation de la galerie Cuvier au château de Montbéliard en 2007, une échelle des temps géologiques en volumes a été réalisée. Elle se situe dans la salle consacrée à l’Évolution biologique. Elle mesure 2 m 50 de haut et le vaste Précambrien sert, cette fois… de banc !
Lors des visites guidées, cette échelle permet de mieux expliquer la notion de temps aux visiteurs et surtout de bien resituer le principe d’évolution biologique dans son contexte, en insistant sur l’importance des près de 4 milliards d’années au cours desquelles la vie s’est développée sur Terre. Sans la connaissance et la compréhension de cette faramineuse durée, on ne peut comprendre et admettre l’évolution biologique. Enfin, elle permet d’insister sur l’insignifiance de l’histoire de l’humanité au regard de celle de la Terre.

Des informations biologiques, paléontologiques et géologiques sont également apportées aux visiteurs sur les trois faces visibles de chaque cube : le nom de l’étage, sa durée en millions d’années et sa limite temporelle supérieure ; un événement ou une découverte importante à l’échelle régionale durant cet étage ; un événement ou une découverte importante à l’échelle mondiale durant cet étage.

Thierry Malvesy
Attaché de conservation
Responsable du muséum Cuvier

Renseignements :
Muséum Cuvier
Château
BP 95287
25205 Montbéliard cedex
tmalvesy@montbeliard.com