Exotiques expositions… Les expositions universelles et les cultures extraeuropéennes – France, 1855-1937

Près de 200 documents exceptionnels (plans, gravures, photographies, affiches, textes, etc.) , tirés principalement des fonds des commissariats des expositions universelles conservés aux Archives nationales, invitent à découvrir comment les expositions universelles ou internationales organisées en France entre 1855 et 1937 ont contribué à façonner le regard occidental sur l’altérité et particulièrement sur les mondes dits exotiques.

Temple égyptien, musée chinois et pyramide aztèque sur le Champ de Mars, palais algérien et mosquée sur les pentes de la colline de Chaillot, villages exotiques sur l’esplanade des Invalides, temple cambodgien au bois de Vincennes, orchestres coloniaux, concerts égyptiens, danseuses orientales…, les millions des visiteurs qui ont arpenté les allées des expositions, s’y sont souvent senti transportés sous d’autres latitudes. Ces manifestations n’ont pas seulement été des fêtes du commerce et de la technique. Placées naturellement sous le signe du cosmopolitisme par la variété des nations qui s’y exposent, elles ont ouvert à leurs visiteurs des visions d’ailleurs le plus souvent exotiques. A une époque où les pays lointains sont pour beaucoup inaccessibles et où pourtant le public manifeste un goût affirmé pour l’Orient, puis en des temps où la colonisation outre-mer veut susciter des vocations, les expositions universelles et internationales, véritables « machines à rêver » organisées par l’Occident, offrent à leurs visiteurs « le tour du monde en un jour », selon le programme de l’affiche de l’exposition coloniale de 1931.

Moment d’histoire partagée entre l’Occident et les cultures exotiques, les expositions universelles et leurs somptueux pavillons ont été l’occasion d’un dialogue artistique particulièrement riche : redécouverte des arts islamiques, vogue du japonisme, pour ne citer que quelques exemples. Elles ont aussi joué un rôle important dans le développement de l’ethnographie et de l’anthropologie qui acquièrent alors le statut de disciplines scientifiques consacrées. Par leur entremise, le grand public a accès à des cultures jusqu’alors connues des seuls spécialistes, comme les civilisations anciennes de l’Amérique centrale et du Sud. Mais à une époque qui s’interroge sur la « nature » de l’homme et sur ses origines, et où les recherches de certains posent le principe de hiérarchisation des races, dans les expositions, deux mondes se regardent, « sauvages » et « civilisés », sans réelles possibilités de dialogue. Grâce à l’infinie richesse des archives des expositions universelles et internationales conservées aux Archives nationales et avec le concours aussi des prestigieux prêteurs extérieurs, Exotiques expositions… fait revivre, entre images et textes, les regards croisés de ces spectacles du monde.

– 31 mars – 28 juin 2010
Archives nationales – Hôtel de Soubise
Du lundi au Vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30.
Samedi et dimanche de 14h à 17h30, fermée le mardi et les jours fériés.
Plein tarif : 3 euros – Tarif réduit : 2,30 euros

Contact presse
Jean-François Quemin
jean-françois.quemin@culture.gouv.fr
Tel 01 44 61 93 46 – Port 06 87 56 14 05 – Fax 01 44 61 93 40