Séminaire de muséologie : L’imaginaire du musée

La notion d’imaginaire du musée pourrait être illustrée par l’exemple du Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren (Belgique) qui a eu un impact très important sur l’imaginaire et l’inspiration d’Hergé quand il dessinait Tintin au Congo, alors même qu’il n’avait jamais mis le pied en Afrique. En effet, que ce soit dans les livres, dans les bandes dessinées, comme dans la série d’Adèle Blanc – Sec de Tardy, ou dans le septième art, le musée est souvent mis en scène en mobilisant certaines représentations de notre imaginaire collectif en lien avec cette institution culturelle et /ou les objets qui y sont présentés.

14h30 Images du musée dans le cinéma de fiction
Annie Van-Praët enseignante au département de Médiation culturelle et d’études latines et grecques, Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Le musée au cinéma est un lieu presque toujours magnifié, voire sanctuarisé ; aussi, un crime ou un délit, s’il s’y déroule, a-t-il valeur d’intrusion et de scandale. Loin de ne fournir qu’un décor commode et identifiable pour une ou plusieurs séquences, le musée participe pleinement à la narration filmique et renseigne subtilement, comme un miroir ou un révélateur, sur la psychologie des personnages. Cette fonction nous éclaire également sur les représentations du musée dans l’imaginaire collectif.

15h15 Musées miroirs
Pascale de Robert, anthropologue, chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement au Museu Paraense Emilio Goeldi, Belém, Brésil.

Akjabor Kayapo, chef du Conseil Indigène de Moikarakô, village amérindien Mebêngôkre-Kayapo du sud de l’Etat du Pará en Amazonie brésilienne.

Le musée est un lieu propice aux voyages imaginaires à travers d´autres mondes et d´autres cultures. A partir du film de Bepunu Kayapo, jeune cinéaste Mebengokre, Ngoti nhikjê. De l’autre côté de la grande eau, nous suivrons les pas et les étonnements d’un groupe d’amérindiens venus du Brésil pour inaugurer une exposition au Museum et voir d’autres mises en scène de nos patrimoines culturels et naturels. La présence d’Akjabor
Kayapo sera également l’occasion de présenter et de discuter les étapes de la
collaboration entre les Mebêngôkre de son village, des chercheurs et des muséologues brésiliens et français jusqu’au montage de l’exposition à l’origine de ce voyage filmé.

16h00 Échanges avec la salle

– Jeudi 8 décembre 2011 – 14h30
À l’auditorium de la Grande galerie de l’Evolution
Muséum national d’Histoire naturelle
36 Rue Geoffroy Saint Hilaire -75005 Paris