Conférence : Plongée dans les profondeurs abyssales

Dialogues – Des clés pour comprendre. Cycle de conférences organisé par le Musée des arts et métiers et le CNRS

Étudier la Terre à 6000 m au fond des océans est sans doute l’un des grands défis de notre siècle, au même titre que l’exploration spatiale. Grâce à des technologies sophistiquées, ces recherches destinées à mieux comprendre le fonctionnement des écosystèmes marins profonds nous renseignent sur les mécanismes fondamentaux de la tectonique des plaques mais aussi sur l’impact d’éventuelles exploitations des ressources minérales dans les fonds océaniques. Capteurs sismologiques, de pression et de température, analyses chimiques in situ, et courantomètres, grâce à un réseau d’instruments de mesures autonomes et pilotés à distance, on peut observer en temps réel les séismes et les sources hydrothermales. Cette expérience inédite préfigure ce que seront les observatoires des fonds marins du futur…

La mer est également « le plus grand musée du monde » comme l’affirmait en 1928 l’archéologue Salomon Reinach. Les navires engloutis sont autant de témoins de notre histoire. Depuis les premières récupérations d’œuvres d’art réalisées par les plongeurs en apnée jusqu’à l’exploration high-tech des grands fonds, l’étude de ces navires antiques nous révèlent de précieuses informations sur leur construction, leurs équipages, les chargements et les voies de navigation. Les archéologues doivent « chausser les palmes » pour analyser au fond des mers les moindres détails des épaves et parvenir ainsi à la restitution des navires d’origine. L’exploration des épaves profondes, en revanche, a été rendue possible grâce au développement de la robotique et de la simulation informatique. Il est aujourd’hui possible de réaliser une représentation tridimensionnelle générée à partir d’un relevé photogrammétrique. Cependant, les techniques de fouille et de documentation doivent encore être développées : c’est, à l’heure actuelle, un des défis majeurs pour les archéologues sous-marins !

Avec Mathilde Cannat, directrice de recherche au CNRS et responsable de l’équipe de géosciences marines de l’Institut de Physique du Globe de Paris et Giulia Boetto, chargée de recherche au CNRS et responsable du programme d’archéologie navale et maritime du Centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence.

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Inscriptions au 01 53 01 82 70 ou à conferences@arts-et-metiers.net

Jeudi 28 juin 2012, de 18h30 à 20h
au Musée des arts et métiers
60 rue Réaumur – 75003 Paris

Site Internet

libero sit consequat. consectetur quis tristique ante. eleifend odio ut mattis ultricies