Le musée des Beaux-Arts de Dijon à l’aube d’une renaissance

Après plus de 10 années d’études et de travaux, la première des trois phases du chantier de rénovation, « Musée rêvé, musée en chantier », s’achève.

Le musée des Beaux-Arts de Dijon a inauguré, le 7 septembre 2013 son nouveau parcours Moyen Âge et Renaissance, abrité dans un bâtiment redessiné mêlant extension contemporaine et architecture ancienne.

La rénovation du musée des Beaux-Arts de Dijon – situé au cœur de la ville dans la partie orientale du Palais des États (l’ancien Hôtel des Ducs de Bourgogne) – était attendue. Depuis sa dernière rénovation, à l’issue de la dernière guerre, la présentation de ses collections s’était réduite pour faire place au développement de ses activités. Les conditions de conservation des œuvres s’étaient dégradées en raison de l’obsolescence des infrastructures. Enfin, l’accueil du public n’était plus adapté. Pour présenter plus et mieux 
la collection – notamment grâce aux espaces libérés par l’externalisation des réserves en 2010 –, offrir au public des conditions d’accueil conviviales et 
se doter d’infrastructures techniques adaptées, la ville de Dijon a confié ce projet de rénovation aux ateliers Lion architectes urbanistes, sous la direction d’Yves Lion, maître d’œuvre, tandis que la restauration des façades et des espaces historiques du palais relevait d’Éric Pallot, architecte en chef des Monuments historiques.

Trois enjeux majeurs ont guidé les architectes dans l’élaboration du programme de rénovation :

  • faire dialoguer le bâtiment et les œuvres : comme le Louvre, le musée de Dijon est installé dans un palais. Il était donc primordial de mettre en relation l’histoire du bâtiment avec les œuvres,  pour offrir aux visiteurs 
une lecture historique et architecturale du palais qui n’était pas jusque-là explicitement proposée dans le musée ;
  • s’ouvrir sur la ville : rouvrir les fenêtres s’imposait également, tant pour admirer les vues sur le cœur historique de Dijon que pour se repérer dans ce bâtiment complexe ;
  • faire de la Cour de Bar un point central de circulation du musée.

Pour donner au musée une originalité et une identité particulièrement fortes, il a été décidé d’installer les collections dans les bâtiments qui leur sont contemporains. Ainsi trois parcours seront proposés :

  • le parcours Moyen Âge et Renaissance, dans le Palais des Ducs de Bourgogne (XIVe-XVe siècles) et la galerie de Bellegarde (1614),
  • le parcours XVIIe et XVIIIe siècles dans l’aile de l’École de Dessin (1787),
  • le parcours XIXe et XXe siècles dans l’aile du musée (1852).

À terme, d’ici 2019, le projet des architectes prévoit d’augmenter la surface d’exposition des œuvres de plus de 1 500 m2 (5 200 au lieu de 3 500), permettant de présenter plus de 1 000 œuvres supplémentaires (3 000 à 3 500 au lieu de 2 000).

L’Hôtel Ducal, la galerie de Bellegarde et la Cour de Bar sont donc au cœur
 de la première phase du chantier. L’extension contemporaine permet d’intégrer les circulations verticales structurant le parcours muséographique consacré au Moyen Âge et à la Renaissance. L’intérieur s’articule autour d’un ascenseur vitré panoramique. Cette extension est revêtue d’un alliage de cuivre doré qui en se détachant de l’environnement de toitures d’ardoises, permet d’affirmer le caractère contemporain de cette intervention tout en faisant allusion aux rehauts dorés qui animaient les toitures du palais au temps des ducs. Après un an de travaux, la pierre de Bourgogne et les éléments sculptés des façades et toitures de la galerie de Bellegarde ont été nettoyés et restaurés tandis que le sol, constitué à l’origine de tomettes de terre cuite, et la voûte lambrissée de chêne ont été restitués. Le parcours couvre donc la période allant
 du Ve au XVIe siècles. Les arts européens y sont présentés depuis l’Empire Romain tardif jusqu’aux premières manifestations maniéristes. Le premier étage est consacré à l’évocation de la Bourgogne ducale et la salle des tombeaux des Ducs de Bourgogne, grande salle du palais, en constitue la principale attraction. Les nouvelles salles du troisième étage avec vue sur la cour d’honneur, accueillent l’art européen au Moyen Âge.

Enfin, la rénovation du musée s’accompagne d’une nouvelle identité visuelle en lien à la fois avec l’histoire du lieu et
 son caractère contemporain affirmé (l’emblème de Philippe Le Bon – le briquet à feu – dessinant deux B entrelacés, est revisité pour évoquer l’un, la Bourgogne et l’autre les Beaux-Arts) tandis qu’une signalétique modernisée guide les visiteurs dans le bâtiment, leur offrant à la fois un choix d’accès et un choix de parcours.
 Par ailleurs, les outils de médiation – renouvelés – se complètent pour proposer plusieurs niveaux d’accompagnement. Le premier, présenté sur des supports horizontaux, offre différents niveaux de lecture : dans chaque salle, une console présente le regroupement des œuvres et, pour ceux qui souhaitent en savoir plus, elle invite à manipuler un jeu de tiroirs et de fiches et propose aux enfants un parcours ludique spécifique.
 Parallèlement, à divers moments du parcours, des tables multimédias tactiles présentent de nombreuses applications interactives, informatives et ludiques. Le second niveau est constitué d’un outil mobile embarqué par le visiteur, un guide multimédia interactif qui permet de suivre une visite complète et autonome.

Un ouvrage Musée rénové, Palais révélé 2002-2013. Le musée des Beaux-Arts de Dijon (Édition Faton, 140 p. ; ISBN : 978-2-87844-177-2), écrit par Patrice Bouillot et publié pour l’occasion, conte la genèse puis le déroulement du programme de rénovation du musée, engagé dès 2012. Il donne la parole aux acteurs du projet, des architectes aux artisans qui ont restauré la salle des Gardes, des concepteurs aux restaurateurs impliqués dans le chantier des collections. Il raconte comment la Ville de Dijon, l’équipe du musée et la direction des Musées de France ont contribué, comme le rappelle dans son introduction la directrice du musée Sophie Jugie à faire de l’établissement dijonnais « l’un des musées des Beaux-Arts les plus captivants ».

Renseignements :

Musée des Beaux-Arts
Palais des États de Bourgogne
BP 1510
21033 Dijon cedex
téléphone + 33 3 80 74 52 70

museedesbeauxarts@ville-dijon.fr

www.mba.dijon.fr

Nouvel aménagement de la galerie de Bellegarde
©Photo: Musée  des Beaux-arts de Dijon/François Jay

Phasellus felis mi, diam elit. quis, id