Nouvelles tendances de la muséologie

Du 5 au 9 juin 2014 à Paris

L’ICOFOM, le comité international pour la muséologie de l’ICOM (Conseil international des musées) organisera son 36e Symposium à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3, autour de la question des nouvelles tendances de la muséologie du 5 au 9 juin 2014.

Les trois premières journées du symposium seront consacrées aux présentations des communications autour du thème « Nouvelles tendances de la muséologie ». Le terme de muséologie est utilisé ici pour désigner l’ensemble des théories et réflexions critiques liées au champ muséal. Cette définition, adoptée par l’ICOFOM, englobe ainsi nombre de courants, parfois divergents, mais tous liés par la relation spécifique que l’homme entretient avec la réalité à travers l’expérience muséale. La réflexion théorique pure, la critique sociale, l’histoire du phénomène muséal, l’émergence du politique au sein du champ muséal, la question des genres ou du post-colonialisme dans les musées, l’influence des nouvelles technologies sur l’expérience muséale, le musée comme dispositif expographique ou comme média, la place de la muséologie au sein du monde académique, les mouvements participatifs, autant de questionnements qui, parfois s’évitent, parfois s’opposent, mais qu’il peut cependant sembler intéressant d’envisager de manière conjointe.

Le monde des musées a connu un développement spectaculaire durant ces trois dernières décennies. On assiste cependant depuis quelques années – à la suite du déclenchement de la crise économique – dans nombre de régions du globe, à un questionnement sur l’avenir de l’institution, comme plusieurs études de prospective muséale en témoignent. De telles études visent à mieux appréhender l’évolution de cette institution particulière, confrontée à des changements majeurs de la société : populations, technologie, méthodes d’éducation, politiques économiques… La réflexion muséologique accompagne largement le propos de ces études, parfois techniques et pratiques, mais s’interrogeant le plus souvent sur la manière même de concevoir les fondements de l’institution, appelée à évoluer dans les prochaines années.

Faire le point de l’état des recherches, confronter les analyses et les démarches, interroger les nouvelles tendances se dégageant au sein du champ muséal, tels sont les objectifs de ce colloque d’ICOFOM, soutenu par de nombreuses universités. Il s’agira de mener une réflexion commune et croisée (entre disciplines et entre universitaires et professionnels) sur l’évolution et la diversité de la muséologie, tant sur le plan de la réflexion théorique et épistémologique que sur celui de ses retombées concrètes au sein du champ muséal.

Les matinées seront consacrées aux séances plénières, animées par des chercheurs qui ont marqué le secteur de la muséologie depuis ces vingt dernières années. Les après-midi permettront, à l’occasion d’ateliers et de tables rondes, de présenter les communications retenues par le comité scientifique du colloque, qui s’inscriront au cœur de la compréhension des nouvelles tendances de la muséologie. Chaque communication devra s’inscrire dans l’un des axes suivants :

  • Géopolitique de la muséologie
  • Pour une épistémologie de la muséologie : quelle signification, quel impact social ou politique ?
  • Un nouveau rapport au patrimoine ? La question des collections
  • Les recherches sur les publics, l’éducation et la communication
  • Les sciences, les beaux-arts, l’ethnographie… au prisme du contemporain
  • Les contours de la cybermuséologie
  • La muséologie participative : nouvelles approches
  • L’éthique du muséal au XXIe siècle
  • L’histoire et le futur de la muséologie : la construction d’un champ du savoir

du 5 au 9 juin 2014, 17 rue de la Sorbonne à Paris

Renseignements

http://network.icom.museum/icofom/conferences/prochaine-conference/L/2/