Kimuntu, l’annuaire des collections ethnographiques extra-européennes françaises

Un site Internet qui rassemble la totalité des structures muséales, universitaires et des professionnels qui travaillent, en France, à l’étude des civilisations extra-européennes.

Le séminaire de réflexion autour des collections ethnographiques extra-européennes organisé par l’OCIM le 4 juin dernier au musée Albert Kahn a rassemblé un certain nombre de responsables de muséums, de musées mixtes et de chercheurs (ethnologues, spécialistes de musées africains) préoccupés par la conservation, la valorisation et la diffusion de ces collections. À cette occasion, Émilie Salaberry, chargée des collections extra-européennes au musée d’Angoulême a présenté Kimuntu l’annuaire des collections ethnographiques extra-européennes (www.annuaire-kimuntu.fr).

Cet outil a pour origine un souhait formulé aux rencontres professionnelles du musée du quai Branly (2006-2008) par les différents responsables de musées détenant des collections ethnographiques extra-européennes. L’objectif était de rassembler, sur un même espace virtuel, la totalité des structures muséales, universitaires et des professionnels (chercheurs indépendants, restaurateurs d’œuvres d’art ou autres) qui travaillent, en France, à l’étude des civilisations extra-européennes. À la suite de ces rencontres, l’équipe du musée d’Angoulême avec l’aide de Roger Boulay, anthropologue spécialiste de l’Océanie, a eu l’opportunité matérielle de créer cet outil qui se veut avant tout au service de la communauté scientifique, l’identité du musée d’Angoulême ayant volontairement été gommée au profit d’un nom symbolique Kimuntu : nom emprunté à un texte d’Olivier Bidounga (Le kimuntu, source de la sagesse Kongo) qui fait référence à « ce qui fait l’homme, recouvre toutes les qualités requises chez l’être humain de bonté, de générosité, de justice, de respect, de solidarité, en un mot d’humanisme ».

Roger Boulay avait en effet déjà réalisé un important travail de recensement des structures conservant des collections océaniennes en France dans le cadre d’une mission confiée par la Direction des Musées de France. Cette collecte d’informations initiale a été complétée en s’appuyant sur différentes sources écrites et des connaissances personnelles des structures conservant des collections de ce type. Si, au départ, l’annuaire concernait uniquement les musées, il s’est rapidement enrichi de nouvelles entrées du fait notamment de demandes diverses et nombreuses qui ont émané de musées souhaitant développer des programmes de recherche sur leurs collections avec des universités ou ayant des besoins en restaurations sur ces collections qui leur étaient peu familières.

Kimuntu est bien un annuaire professionnel et non une base de données des collections. Il rassemble donc, sous forme de fiches synthétiques classées géographiquement, l’ensemble de ces structures ou personnalités et leurs domaines de compétence (plus de 200 lieux). Les coordonnées jointes permettent une prise de contact aisée avec l’ensemble de ces partenaires. Il est important de rappeler que le logiciel libre SPIP utilisé pour le site est conçu pour permettre le contact sans divulguer le mél, afin de protéger les boîtes aux lettres contre les robots spammeurs autant que contre la collecte abusive de mél par un importun. Le site fabrique deux espaces, l’un privé, l’autre public : lorsque l’on rentre les coordonnées d’un participant dans l’espace privé, SPIP génère un formulaire en ligne qui permet aux internautes d’écrire à cette personne sans pour autant connaître son mél.

L’objectif est de faciliter le travail de chacun (conservateurs de musées, chercheurs, étudiants, restaurateurs…) par une connaissance immédiate de l’ensemble des partenaires potentiels pouvant œuvrer à la réalisation d’un projet. Progressivement d’autres outils ont été adjoints à l’annuaire proprement dit :

  • une rubrique actualité des expositions, publications, colloques et conférences dans les domaines concernés ;
  • une liste des centres de ressources documentaires présents en France pour les travaux de recherches, projets d’exposition, de publication ;
  • un espace destiné à accueillir les appels à projets de natures multiples : recherche de partenariats pour le montage d’une exposition, la préparation d’une publication, l’organisation d’un colloque, la programmation d’activités de médiation avec des intervenants extérieurs…

L’élaboration, le contenu et l’évolution restent l’œuvre de chacun des partenaires présents dans l’annuaire.

Renseignements :

Musée d’Angoulême
Émilie Salaberry
Chargée des collections extra-européennes
1 rue Friedland
16000 Angoulême

e.salaberry@mairie-angouleme.fr

www.annuaire-kimuntu.fr