MJC et CSTI

Les échanges, nourris d’animations proposées par la MED et d’activités présentées par la MJC d’Elbeuf, ont fait émerger un certain nombre de questions et points de vue.

La Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture, fédération d’éducation populaire, acteur de l’économie sociale et solidaire, fédère depuis 1948 des associations locales, départementales et régionales d’éducation populaire, laïques et indépendantes qui sont des espaces de liberté ouverts et des lieux d’expression des citoyens. Elle réunit aujourd’hui 450 MJC dans 14 régions en Métropole et en Outre-Mer, ce qui représente 130 000 adhérents, et environ 2 millions d’usagers.

Elle travaille notamment à mettre en réseau les MJC développant des activités dans le champ de la culture scientifique. Ainsi elle a organisé à Évreux, avec la Maison de l’Enfant et des Découvertes, les deuxièmes rencontres nationales Culture scientifique et technique dans l’éducation populaire : l’approche des MJC les 23 et 24 mai derniers. Les précédentes rencontres nationales s’étaient tenues à Maxéville en 2012. Évreux et Maxéville sont des lieux forts où la relation MJC/CSTI est incarnée par des structures originales : la MJC de Maxéville et la Maison de l’Enfant et des Découvertes à Evreux.

Les échanges, nourris d’animations proposées par la MED et d’activités présentées par la MJC d’Elbeuf, ont fait émerger un certain nombre de questions et points de vue.

Sur le contexte des MJC, celles-ci développent un projet de territoire et l’isolement local peut être parfois important, renforcé souvent par les enjeux politiques locaux. Ce type de rencontres nationales constitue alors un lieu où les structures peuvent s’exprimer et échanger en dehors de leur territoire. Un besoin de formation à la communication a été formulé, pour communiquer sur les actions/projets mais surtout communiquer sur leurs objectifs et leurs enjeux. Dans l’idée de sortir de l’isolement local, il est nécessaire que chaque MJC rende visible son projet éducatif et culturel, y compris en direction de l’Éducation nationale, mais aussi réaffirme son rôle social, notamment dans le cadre de la démocratie participative qui découle de la nouvelle politique de la Ville. Il a été rappelé que, dans cette optique, la FFMJC a organisé en 2013 une formation sur l’évaluation de l’utilité sociale pour les directeurs de MJC.

D’un point de vue plus général, la question de l’engagement associatif (dimension intrinsèque de la MJC) a bien sûr été soulevée, avec un glissement de la posture militante vers une posture consommatrice. C’est le même glissement qui est observé dans la relation avec les comités d’entreprises, qui pourtant pourraient trouver tout intérêt à (re)devenir producteurs de l’offre faite à leurs personnels.

Sur les liens entre MJC et CSTI, la question de la légitimité a été soulevée. Les MJC qui développent des actions de médiation scientifique et technique ne se sentent pas suffisamment reconnues en tant qu’acteurs de la CSTI. Pourtant l’approche scientifique et technique est souvent double. Et la posture de l’animateur est intéressante. Si le sujet de l’animation qu’il propose est scientifique et technique (l’astronomie reste un domaine attractif), c’est la méthodologie de son animation qui est scientifique (avec des hypothèses, des expérimentations, des conclusions). Et donc bien sûr, loin des logiques patrimoniales, les préoccupations des MJC portent sur des besoins d’archivage, de modélisation, de capitalisation, mais aussi des envies de partage d’expériences, de collaboration et de partenariats, entre professionnels de la médiation scientifique et technique. Elles s’ancrent plus fortement dans les questions de société et d’actualités liées aux sciences et aux techniques.

L’OCIM et la FFMJC collaborent à l’automne 2014 à une première mission d’observation, destinée à être élargie à l’échelle de l’éducation populaire.

Renseignements :

FFMJC
16 rue Hermel
75018 Paris
téléphone + 33 1 44 69 82 25

contact@ffmjc.org

www.ffmjc.org

Donec ante. dictum velit, quis, libero.