Un nouvel espace d’exposition à Nausicaà

En juin dernier, Nausicaà, Centre national de la Mer, a inauguré un nouvel espace, En mer avec la Thalassa, consacré à la recherche océanographique.

Ce nouvel espace permet au visiteur d’embarquer pour un voyage scientifique à bord de la Thalassa, navire océanographique de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer).

La mer déchaînée au large de l’Écosse, les vagues qui déferlent avec fracas, une rafale au détour d’une coursive, le vrombissement assourdissant des machines, sur les hublots de la proue, les essuie-glaces qui luttent contre les embruns, le tangage dans la passerelle… autant de sensations fortes que peuvent ressentir les visiteurs lorsqu’ils arrivent sur la passerelle reconstituée de la Thalassa.
Dans ce nouvel espace, Nausicaà fait vivre à ses visiteurs, l’expérience d’une campagne océanographique à bord de la Thalassa. De l’embarquement à quai jusqu’à la cabine, du trait de chalut jusqu’à la salle de tri du poisson, les visiteurs appréhendent le travail des scientifiques à bord en découvrant les différents espaces de la Thalassa reconstitués en taille réelle :

  • la salle de travail des scientifiques avec projections de trois films présentant divers aspects de la recherche océanographique : L’océan inconnu : les grands fonds, les espèces marines, les grands équilibres écologiques ; Les richesses de la mer vivantes et minérales ; L’océan sous surveillance : l’étude de l’état de santé des océans, l’évolution du milieu marin… ;
  • la zone des laboratoires : à travers un grand hublot, le visiteur découvre les activités du laboratoire, notamment le travail de prélèvement et d’analyse du plancton ; des écrans tactiles en forme de loupes donnent des informations sur le plancton ;
  • la salle de tri du poisson : des scientifiques au travail debout derrière des tables de tri expliquent leur travail à des étudiants (comment et pourquoi mesurent-ils les poissons ? Comment peut-on à partir de ces résultats évaluer l’état des stocks et mieux gérer la pêche ?) ;
  • la passerelle de la Thalassa
 : de larges vitrages s’ouvrent sur la proue et, à l’opposé, sur la poupe et la zone de chalutage ; des écrans de contrôle dévoilent des données scientifiques et cartographiques ;
  • un espace d’information Ifremer dans lequel le public découvre une maquette de la Thalassa et peut effectuer une visite virtuelle du navire : un écran lui permet de localiser en direct la position des navires constituant la flotte océanographique d’Ifremer et donne des informations sur les missions océanographiques.

Au final, les visiteurs comprennent comment les résultats d’une campagne océanographique permettent une meilleure évaluation de l’état des ressources et donc une meilleure gestion de la pêche. « Mr. Goodfish », le programme de consommation responsable des produits de la mer est présenté un peu plus loin dans le parcours de visite : il vise à rendre le consommateur acteur pour la préservation de la ressource marine en publiant, chaque saison, une liste de produits de la mer conseillés par des spécialistes en la matière.

La France métropolitaine dispose d’un littoral de 5 500 km. Avec une soixantaine de ports de pêche, 40 criées, 23 organisations de producteurs, 560 entreprises de mareyage et de transformation des produits de la mer, la filière pêche – du navire au consommateur – est un secteur très important économiquement et pour le territoire. Premier port de pêche et de transformation des produits de la mer en France, Boulogne-sur-Mer est donc à l’honneur à travers cette nouvelle exposition, réalisée grâce au financement de la Communauté d’Agglomération du Boulonnais.

Renseignements :

Nausicaà
Ingrid Picquart

téléphone + 33 3 21 30 99 99

communication@nausicaa.fr

Photo: La Thalassa, navire océanographique de l’Ifremer
©Ifremer/Michel Gouillou

luctus libero in mi, venenatis Curabitur leo. Lorem adipiscing felis