Matière à décision

Conférences et débats le 2 avril 2015 – Cycle Paroles d’auteurs, Musée des arts et métiers, Paris

Et si notre faculté à prendre des décisions relevait plus du hasard que d’un processus rationnel ? On a longtemps admis que, chez l’homme, la prise de décision résultait d’un processus cognitif et psychologique : l’esprit décide, le corps obéit. Or, le schéma est inverse : le mécanisme décisionnel est produit par la matière cérébrale. C’est un phénomène aléatoire qui résulte de processus de compétitions au sein d’un réseau dont l’architecture a peu évolué depuis les premiers vertébrés.

L’extraordinaire développement du cortex, qui a rendu possible le développement de grandes capacités d’abstraction, n’a pas modifié la structure initiale du réseau de la décision : le processus conserve sa nature aléatoire, ce qui limite la capacité de l’homo sapiens à raisonner de façon rationnelle. Il en résulte que lorsqu’un individu pèse le pour et le contre, il ne fait ni plus ni moins que de s’en remettre au hasard de dés virtuels. Apprendre consiste dès lors à piper ces dés en sa faveur… Mais ce qui, selon des critères purement économiques, n’est qu’une rationalité limitée, est peut-être le prix à payer pour conserver la grande capacité d’adaptation, principale spécificité de l’espèce humaine.

Avec Thomas Boraud, directeur de recherches au CNRS, Institut des maladies neurodégénératives UMR 5293 (CNRS / Université de Bordeaux), auteur de l’ouvrage Matière à décision (CNRS Éditions, 2015). Rencontre animée par Daniel Fiévet, journaliste scientifique et producteur à France Inter.

> Conférences et débats le jeudi 2 avril 2015, 18h30-20h00, Amphi Abbé Grégoire, musée des rats et métiers, Paris

Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles.
Inscription fortement recommandée :
musee-conf@cnam.fr

Renseignements

http://www.arts-et-metiers.net/