L’aménagement du parc-musée de la mine à Saint-Étienne

Classé Monument Historique avec ses deux crassiers (terrils), le Puits Couriot est un ensemble patrimonial qui, dominant la ville de Saint-Étienne, s’étend sur un peu plus de 10 hectares.

Mis en service fin 1919 par la société des Mines de la Loire, il rappelle l’importance de la mine dans la construction du territoire stéphanois, tout entier fondé au XIXe siècle autour du fait industriel (mines, rubans, métallurgie et constructions mécaniques, armes, verreries, cycle…).

Dernier grand témoin de l’aventure minière du bassin stéphanois avec son chevalement métallique, il abrite depuis 1991 le musée de la Mine de Saint-Étienne.

Ce dernier achève aujourd’hui une nouvelle phase de son aménagement, et renouvelle profondément ce qu’il propose à ses visiteurs, au sein d’un projet plus vaste, celui du Parc-musée, à l’échelle de l’ensemble du site minier. Depuis décembre 2014, 1 000 m2 d’espaces d’exposition font comprendre l’aventure minière de Saint-Étienne, et présentent des éléments phares des collections du musée, dont le grand plan-relief du bassin présenté à l’Exposition universelle de 1889, tandis que le parcours patrimonial est revu et augmenté et les conditions de visite améliorées.

Le projet d’aménagement se caractérise par une attitude très respectueuse du patrimoine minier existant, et traite le parc et le musée comme un même ensemble où tous les usages actuels (récréatifs, contemplatifs, culturels…) s’accordent avec l’emblème patrimonial que constitue le site Couriot. Confié à l’équipe d’architectes Gautier + Conquet, associée au paysagiste Michel Corajoud, aux architectes du patrimoine Archipat, aux scénographes de l’équipe Scene et aux éclairagistes de Cobalt, le projet propose :

  • trois nouveaux espaces d’exposition permanente sur 1 000 m2, dans l’ancienne chaufferie et la première lampisterie, avec les pièces majeures des collections du musée jusque-là en réserve : La Figure du mineur, La Grande aventure de Couriot et Six siècles d’aventure houillère ;
  • un parcours patrimonial agrandi, avec l’ouverture depuis mai 2014 d’espaces patrimoniaux jusqu’alors inaccessibles au public : la grande salle des compresseurs et l’atelier des locomotives électriques ;
  • une nouvelle mise en lumière du chevalement.

Le nouveau parcours muséographique s’est ainsi enrichi de trois nouveaux espaces majeurs d’exposition permanente. La grande aventure de Couriot et Six siècles d’aventure houillère, ont été aménagés dans l’ancienne grande chaufferie, restée depuis longtemps sans.

La construction du parcours a été en permanence attentive à la qualité des lieux et aux points de vue qu’offre Couriot sur la ville. L’aménagement de la plateforme haute qui conduit aux deux nouvelles salles patrimoniales profite de points de vue sur le chevalement, la colline des Pères toute proche et le Pilat. Placée dans la première lampisterie, la partie de l’exposition permanente consacrée à La figure du Mineur joue pour sa part d’une autre manière avec l’héritage : ouverte sur la grande cour, elle donne à voir simultanément le Monument aux morts et aux victimes du devoir qui en occupe le centre, et l’allégorie du monde industriel qui se lève que constitue la reproduction du grand tableau de Jean-Paul Laurens Les mineurs.

Le parcours patrimonial de Couriot fait découvrir les principales salles du puits Couriot sur les pas des mineurs : le grand lavabo des mineurs (« la salle des pendus »), avec l’interminable salle des douches, la lampisterie, mais aussi la salle de la machine d’extraction, avec la guérite du machiniste et la grande machine qui commandait la marche des cages, la salle d’énergie, le chevalement et les crassiers.

Deux nouvelles salles sont désormais ouvertes à la visite : l’atelier des locomotives électriques et l’impressionnante salle des compresseurs, avec ses énormes machines aujourd’hui assoupies qui permettaient de donner vie aux marteaux-piqueurs. À partir des cours et des passerelles de Couriot, le parcours patrimonial fait également comprendre l’organisation du site, l’architecture des bâtiments et leurs fonction. Enfin la galerie souterraine constitue l’un des temps forts de la visite de Couriot : créée à l’ouverture du musée, son ambiance a été retravaillée pour permettre aux visiteurs ressentir pleinement l’atmosphère et les conditions de travail du fond de la mine.

Enfin le projet de réaménagement a permis l’installation d’un accueil entièrement renouvelé, accessible aux visiteurs à mobilité réduite tandis qu’une maquette tactile du site, des systèmes de fiches et des dispositifs animés et audiovisuels disposant tous d’un système de sous-titrage aident à la découverte des nouveaux espaces pour ceux qui ont des difficultés de vue.

Renseignements

Parc-musée de la mine
3 boulevard Franchet d’Esperey
42000 Saint-Étienne
téléphone + 33 4 77 43 83 23
museemine@saint-etienne.fr

Photo : La fête du Parc-musée de la mine en juillet 2014 © Ville de Saint-Étienne/Pierre Grasset

facilisis sed felis ultricies libero neque. lectus Nullam et, suscipit