Carte à puce. Une histoire à rebonds

Exposition du mardi 30 juin 2015 au dimanche 3 janvier 2016 au musée des arts et métiers à Paris

Aujourd’hui la carte à puce fait partie de notre quotidien. Elle est présente dans nos téléphones, cartes de paiement, documents d’identité, titres de transport… En 2015, près de 8,8 milliards d’exemplaires de cartes à puce sont fabriqués dans le monde ! En France en particulier, une véritable industrie a permis le développement de ces nombreuses applications.

Organisée en trois parties, Carte à puce. Une histoire à rebonds présente des objets patrimoniaux rarement exposés (prototypes, cartes à puce anciennes ou actuelles etc.). De ses différentes applications aux secrets de sa fabrication, découvrez l’histoire d’une technologie pleine de ressort.

Les puces, elles sont partout !

C’est l’utilisation de cartes pour téléphoner, pour payer ou retirer de l’argent, qui a permis l’émergence de la carte à puce.

Ces applications mettent en effet à l’œuvre les fonctionnalités élémentaires de la carte à puce : comptage d’unités, mémorisation et traitement de données, identification et authentification.

Ces fonctions, et la sécurité offerte par le composant électronique embarqué, vont motiver l’emploi de la carte à puce dans de très nombreux autres domaines, de la santé au transport, des titres d’identité officiels à la télévision à péage.

Une histoire pleine de rebondissements

À la fin des années 1970, les industriels français et étrangers cherchent à créer une carte de paiement sécurisée en y insérant une puce programmable. C’est pourtant la téléphonie qui lancera véritablement l’industrie de la carte à puce, avec l’installation, en France dès 1984, de publiphones à carte.

La deuxième section de cette exposition-découverte vous entraîne sur les traces des pionniers de la carte à puce tels Roland Moreno ou Michel Ugon et vous raconte l’émergence de cette industrie hors du commun.

Une technologie aux multiples facettes

La dernière partie de Carte à puce. Une histoire à rebonds. révèle le fonctionnement de cette « forteresse de poche » qu’est la puce.
Petit voyage au cœur du visible (l’objet) et de l’invisible (ses fonctions), cette section montre aux visiteurs la « merveille de technologie » qu’est la carte à puce. Dans chacune d’entre elles se cache un véritable petit ordinateur !

Le commissaire scientifique de l’exposition, Pierre Paradinas, est professeur titulaire de la chaire « Systèmes Embarqués » au Cnam. Il est assisté d’un conseil scientifique constitué d’universitaires et d’industriels spécialistes du sujet.
Cette exposition reçoit le soutien de l’Inpi, d’Inria, du Fonds Afnor pour la normalisation, de Gemalto et d’Oberthur Technologies
Cette exposition bénéficie de prêts exceptionnels de l’association Roland Moreno

Exposition du mardi 30 juin 2015 au dimanche 3 janvier 2016 au musée des arts et métiers à Paris

Renseignements

http://www.arts-et-metiers.net/

Téléchargement

elit. in dapibus sed consequat. Nullam Praesent dolor vulputate, venenatis, mi,