Maisons-bulles – L’architecture organique des années 1960 et 1970 en France

Une publication du centre des monuments nationaux

« L’homme, l’animal, l’amande, tous trouvent le repos maximum dans une coquille. » Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, 1957.

Un véritable rejet du mouvement moderne a émergé en France durant la décennie 1960. Des architectes et des artistes mènent alors des recherches sur le voile de béton, qui offre une immense liberté d’expression et une souplesse tant formelle que technique. Influencés par Antoni Gaudí ou Frederick Kiesler, inspirés par la nature, ils se tournent vers la création de volumes ovoïdes. Dans une société passionnée par la science-fiction et les soucoupes volantes, ils composent des univers entre représentation primitive et projection futuriste. Leur choix pour les structures en forme de bulles sera à la fois économique, esthétique et pratique : coquille protectrice, elle doit s’accorder parfaitement aux gestes quotidiens.

En 1959, Pascal Häusermann (1936-2011) est le premier à construire une maison à partir de ce procédé, dans l’Ain. Avec Claude Costy (née en 1931), son épouse – et associée de 1963 à 1972 –, il décline l’utilisation du voile de béton durant plus d’une décennie, tout en travaillant à des variations en plastique.

D’autres créateurs suivront : Jean-Louis Chanéac (1931-1993), le médiatique Jacques Couëlle (1902-1996), Antti Lovag (1920-2014) qui se définit lui-même comme un « habitologue », ou encore l’architecte Henri Mouette (1927-1995) et le sculpteur Pierre Székely (1923-2001). L’empreinte de cette architecture se lira ensuite aussi bien à travers les livres pour enfants, avec la maison de Barbapapa, qu’au cinéma, avec celle de maître Yoda dans Star Wars. Mais l’intérêt du grand public, étrangement, sera très éphémère. Les bulles vont se répandre pendant une quinzaine d’années, jusqu’à ce que la crise, la mutation de la société française et les nouvelles orientations des lois d’urbanisme sonnent le glas de la plupart des projets. Et depuis le début des années 1980, les maisons-bulles restent essentiellement du domaine de l’autoconstruction.

16,5 x 21 cm – 192 pages, 150 illustrations – Broché
Raphaëlle Saint-Pierre
Collection “Carnets d’architecture”

Renseignements

http://editions.monuments-nationaux.fr

id leo libero dolor vel, venenatis, facilisis Donec