Le nouveau musée de l’Homme : un musée réinventé

Le musée de l’Homme a rouvert ses portes le 17 octobre dernier après six ans de travaux.

Cette réouverture s’inscrit dans le cadre d’un programme de rénovation des sites du Muséum national d’Histoire naturelle dont il est un site de diffusion au public, de conservation des collections, de recherche et d’expertise scientifique ainsi que d’enseignement, conformément aux missions statutaires de l’établissement ; elle illustre par ailleurs la capacité de renouvellement de l’institution, pour faire écho tant au progrès des connaissances scientifiques sur l’histoire de l’Homme, qu’aux interrogations des sociétés humaines sur leur avenir.

Le musée de l’Homme réaffirme avec force le concept novateur de musée-laboratoire qui fit sa spécificité dès sa création en 1938, réaffirme avec force le concept novateur de musée-laboratoire. Le bâtiment a été entièrement rénové – tant sur le plan architectural que muséographique – et les espaces ont été reconfigurés pour accueillir : le public dans un musée avec des galeries d’expositions permanente et temporaire et des espaces de médiation mais également les 150 chercheurs et leurs étudiants dans de toutes nouvelles structures comprenant des bureaux et des salles d’études et d’enseignement, des plateaux techniques ainsi que les réserves des collections et une bibliothèque de recherche.

Le projet architectural est notamment marqué par la création d’un cœur actif et attractif : situé au-dessus du hall d’accueil, l’Atrium est emblématique de la transformation architecturale stratégique en termes de distribution de l’espace et de circulation du public. La répartition des différents espaces s’organise de la manière suivante : la Galerie de l’Homme (2 500 m2), les salles d’expositions temporaires (600 m2), le balcon des sciences (320 m2), le centre de ressources (90 m2), l’auditorium (65 m2), l’Atrium (400 m2), la bibliothèque de recherche (600 m2), les espaces réservés à la recherche et a l’enseignement (3 300 m2), les réserves (1 300 m2). Au rez-de-jardin, six salles accueillent les collections d’anthropologie biologique et de préhistoire
dans des compactus métalliques adaptés à leur contenu (squelettes, silex, crânes…) ; des salles d’études
des collections sont attenantes aux réserves ainsi qu’une salle de traitement pour l’accueil de nouvelles pièces, la préparation de prêts et la mise en quarantaine ; une salle est réservée à la conservation et
à la restauration des momies ; la collection d’anthropologie culturelle est conservée en partie supérieure du bâtiment, dans des rayonnages fixes.

La Galerie de l’Homme est le cœur du musée, la partie la plus vaste répartie sur deux niveaux et une mezzanine. Elle propose un long travelling sur notre évolution à travers un parcours organisé en trois temps : « Qui sommes-nous ? » « D’où venons-nous ? » « Où allons-nous ? »

Si à première vue tout le monde sait ce que c’est qu’être humain, qui saurait définir précisément qui nous sommes ? Le parcours muséographique commence par explorer la nature humaine, à partir de différents aspects, en croisant les approches des sciences de la vie et des sciences humaines : le corps, la pensée, le langage, la vie en société. Mais jusqu’où faut-il remonter pour trouver le premier humain ? La deuxième partie du parcours aborde le temps très long de notre histoire évolutive. Partir en quête de l’origine de notre espèce, Homo sapiens, est une autre façon de comprendre ce que nous sommes aujourd’hui et comment nous le sommes devenu. La dernière partie du parcours est ancrée dans le contemporain. Elle fait le constat des impacts écologiques des activités humaines, des effets socio-culturels de la mondialisation, des marges d’adaptation de l’espèce humaine aux environnements qu’elle a elle-même contribué à créer.

La conception de la Galerie de l’Homme est le résultat d’une réflexion collective, pluridisciplinaire, nourrie des expertises des scientifiques du Muséum national et des apports de personnalités extérieures qualifiées en sciences humaines et biologiques. De cette réflexion ont émergé des messages, confortés en l’état actuel des connaissances : l’appartenance de tous à la même humanité quelles que soient nos différences, notre origine africaine, notre lien permanent avec un milieu auquel nous nous sommes constamment adaptés tout en le modifiant de manière croissante après avoir occupé la quasi-totalité des zones écologiques de la planète. Ces messages sont portés par des objets et par des outils de médiation offrant une grande diversité d’approches. Le parcours est scandé par des modules récurrents. Les modules « Histoire des sciences et des idées » illustrent et retracent l’évolution de la connaissance, les modules « Science en marche » proposent des focus sur l’état actuel de la recherche, sur les nouvelles techniques d’analyse.

Les espaces et les contenus de la Galerie de l’Homme sont conçus pour être accessibles à tous, ensemble, et répondre à la diversité des attentes et des modes d’appropriation de chacun : publics néophytes, familles, scolaires, curieux et amateurs éclairés et personnes en situation de handicap. La galerie propose ainsi une grande diversité de supports : 1 800 objets issus des collections historiques
du musée de l’Homme et des collections d’étude des chercheurs, auxquels s’ajoutent des acquisitions, des dépôts et des commandes d’œuvres
à des artistes contemporains ; 80 écrans,
14 pupitres avec cartels numériques,
60 dispositifs différents
(tables de jeux, dispositifs qui engagent le corps du visiteur, ateliers interactifs pour se mettre dans la peau
d’un scientifique, installations audiovisuelles multi-écrans, dispositifs sonores, films documentaires).

Le Balcon des sciences constitue une offre originale tant par sa situation et par
son contenu que par son potentiel de renouvellement. Cet espace évolutif permet
au visiteur de découvrir les coulisses du musée-laboratoire, de prendre le pouls de
la recherche et de rencontrer les scientifiques dans le cadre de rendez-vous réguliers (« Un chercheur au balcon »). Le Balcon des sciences est constitué de deux longues tables de bois se faisant face, où s’insèrent des supports amovibles, permettant ainsi un renouvellement de l’offre : l’information est accessible sous forme d’une vingtaine de modules alternant des textes et des images, des objets sous vitrines, des objets à toucher et des multimédias interactifs.

L’espace vit au rythme de la programmation du musée et de l’actualité de la recherche. Dans la section « Actualités » un objet, issu de la collection ou d’une collecte récente, est présenté dans une vitrine adaptée à la conservation. Un module est consacré aux « Brèves de sciences », sous formes d’images, de dépêches, faisant état de l’actualité scientifique dans le monde et des avancées de la recherche. La section « Expositions thématiques » offre un approfondissement en lien avec les expositions temporaires et la programmation culturelle (colloques, journées scientifiques) et présente les résultats des travaux d’équipes de chercheurs.

Accessibles à la sortie du parcours permanent
ou directement depuis le hall, les espaces dévolus aux expositions temporaires forment un U autour de l’Atrium. Chaque année, d’octobre à juillet, le musée proposera une exposition temporaire thématique. Ces rendez-vous réguliers seront l’occasion de positionner le musée comme lieu de débats sur les questions de société relatives à l’Homme, à ses origines et à son devenir.

L’exposition d’ouverture Chroniques d’une renaissance (17 octobre 2015 au 13 juin 2016) a été conçue pour accompagner le public dans sa découverte du nouveau musée, tel un lever de rideau sur sa partie visible et les coulisses de la rénovation. Elle propose : un récit de la rénovation architecturale et muséographique, une chronologie de 1855 à 2015 présentant l’héritage scientifique et institutionnel du musée, une sélection d’objets représentatif des collections, des enregistrements d’ethnomusicologie et d’ethnolinguistique…

Enfin, le centre de ressources Germaine Tillion (espace de consultation et de médiation axé sur l’image et le multimédia), l’auditorium Jean Rouch, la bibliothèque de recherche Yvonne Oddon, le site Internet du musée (www.museedelhomme.fr) et les publications constituent autant de liens possibles pour conjuguer l’état du savoir avec les attentes du public.

Renseignements

Musée de l’Homme
17 place du Trocadéro
75016 Paris
téléphone + 33 1 44 05 72 72

contact.mdh@mnhn.fr

www.museedelhomme.fr

consequat. commodo Curabitur lectus Lorem amet, non id nec efficitur.