Objet Ecole / Regards sur le patrimoine mobilier de l’enseignement scolaire et universitaire

Journées d’étude du 29 septembre au 1er octobre 2016 à Cahors

Organisées par l’Association des Conservateurs des Antiquités et Objets d’Art de France (ACAOAF) , avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale des patrimoines, Direction régionale des Affaires culturelles de Languedoc-Roussillon – Midi- Pyrénées), du ministère de l’Éducation nationale, du Département du Lot, de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et de la Ville de Cahors, les journées d’études Regards sur le patrimoine mobilier de l’enseignement scolaire et universitaire auront lieu du 29 septembre au 1er octobre 2016 à Cahors.

Cette trentième édition des journées d’études de l’ACAOAF, consacrée au patrimoine scolaire, de l’école primaire jusqu’à l’université, propose d’associer des professionnels de la conservation et de la restauration, des chercheurs et des universitaires, des associations, mais aussi des pédagogues et des enseignants. Il s’agira de présenter cette forme particulière de patrimoine mobilier et s’interroger sur les pratiques actuelles des acteurs des Monuments historiques et des autres disciplines relevant du champ culturel (musées, ethnologie, inventaire…), visant à l’étudier, le sauvegarder et le faire connaître. Au travers d’exemples de projets pédagogiques et de réappropriations par le maître et l’élève, elles ont aussi pour ambition de témoigner des complémentarités entre le ministère de la Culture et le ministère de l’Éducation Nationale pour promouvoir l’éducation au patrimoine.

À côté des monuments d’architecture que sont parfois les écoles, collèges, lycées et universités, le patrimoine mobilier de l’enseignement bénéficie d’ores et déjà en France de nombreuses protections au titre des Monuments historiques, reconnaissant la valeur historique, artistique ou scientifique de ces objets. Deux types d’objets sont essentiellement concernés par ces mesures juridiques. D’une part, de nombreuses œuvres d’art sont conservées à divers titres dans les établissements qui en sont les propriétaires ou dépositaires : elles peuvent être le résultat d’une histoire ancienne, héritage notamment des institutions d’Ancien Régime, ou le produit des commandes artistiques publiques sus- citées par l’État ou les collectivités depuis les années 1970. D’autre part, les instruments pédagogiques servant depuis le XIXe siècle de support à l’enseignement dans les disciplines scientifiques de physique, chimie, biologie ou mathématiques, ont depuis une vingtaine d’années attiré l’attention : ils étaient souvent conservés dans des cabinets de sciences, devenus avec le temps pour certains véritables cabinets de curiosité.
Mais, le patrimoine de l’éducation ne se limite pas à ces seuls aspects. Qu’en est-il des supports matériels utilisés par les autres champs de l’enseignement (arts plastiques, éducation physique et sportive, initiation à l’informatique…) ? Quel devenir pour les collections appartenant aux anciennes écoles normales et facultés à l’heure de l’autonomie des universités ? Que disent de notre
société les nombreux musées “de l’école de nos aïeux”, reconstitutions fantasmées de la classe de Jules Ferry ? Comment faire le tri entre l’objet individuel et celui produit en série, l’instrument de la pédagogie utilisé au quotidien par l’enseignant et l’œuvre d’art échouée presque par hasard dans les couloirs d’une école ?

Toutes ces interrogations seront au centre des contributions et des échanges regroupés autour de quatre thèmes principaux :


  • la définition du sujet : il s’agira de cerner ce qui est aujourd’hui
    et pourra être demain considéré comme du patrimoine scolaire, justifiant des actions et moyens publics pour en assurer la conservation et la transmission aux générations futures ; se posera notamment la question du statut juridique des objets conservés dans les lieux d’instruction, pour beaucoup anciennement propriété de l’État et aujourd’hui relevant d’établissements publics autonomes ;
  • la connaissance : témoignages et expériences sur des missions d’études spécifiques ou plus générales, mettant en exergue la diversité du patrimoine scolaire, au travers de l’histoire d’une discipline, d’un phénomène plus ponctuel ou d’un épisode marquant, allant de la découverte d’une pièce rare à l’analyse d’une série d’objets, de l’inventaire complet d’un établissement au recensement des œuvres relevant par exemple du 1 % artistique ;
  • la conservation : des approches (reflets de la prise en compte de ce champ patrimonial par les professionnels de la conservation-restauration) aussi diverses que les critères devant prévaloir à la protection parmi les Monuments historiques, la présentation d’expériences concluantes ou non de conservation préventive (sauvetage de collections en péril, création de réserves adaptées…) ou la conduite de travaux de restauration sur des objets de natures variées et de matériaux parfois complexes (maquettes anatomiques, animaux naturalisés, œuvres d’art en mi- lieu “hostile”…) ;
  • la valorisation : du patrimoine de l’éducation à l’éducation au patrimoine, comment les initiatives prises par les professionnels du patrimoine sont-elles réappropriées par les professionnels de la pédagogie ? Au travers d’exemples d’expositions présentées dans les établissements, de rencontres entre des élèves et des restaurateurs, de classes et ateliers découverte, de clubs sciences utilisant les instruments anciens, de programmes de coopération interrégionaux ou transfrontaliers… il s’agira de témoigner du décloisonnement des métiers, du croisement des regards et de l’enrichissement mutuel autour du mobilier de l’enseignement.

> du 29 septembre au 1er octobre 2016, Cahors

Renseignements

Conservation des antiquités et objets d’art du Lot Nicolas Bru
Tél : 05 65 53 43 12
nicolas.bru@lot.fr
www.caoa.fr