Dossier de restitution : plaidoyer pour une troisième voie

Par Serge Chaumier, professeur à l’université d’Artois

En mars dernier, le président Emmanuel Macron nommait
 deux experts chargés de faire une mission d’étude et des préconisations en matière de restitution des biens culturels spoliés lors de la période coloniale.

Si les pays anglo-saxons
 ont largement pris les devants pour discuter de la question,
 la prudence est de mise chez les professionnels français. 
Ce sujet particulièrement sensible a pourtant toutes les chances d’évoluer dans les prochaines années, et il est à craindre que des positions idéologiques soient prises, si la réflexion n’anticipe pas les prises de décisions dans un champ éminemment diplomatique et politique.

Cet article est paru dans le numéro 180 de la Lettre de l’OCIM.

Téléchargement