15 avril – 15 avril 2025… – Michel Taeckens

 

Cinq ans après, je m’étonne toujours quand en début de chaque mois je « refais » la vitrine du musée ! Pour ce printemps 2025, j’y installe une pièce nouvellement entrée dans nos collections. Les passants s’étonnent face à cet objet sans doute sans en comprendre l’usage. Quand ils repasseront ce soir à la sortie des bureaux, le cartel sera installé : Coupe de Pythagore * !

* Une coupe de Pythagore ou coupe de Tantale est un verre qui force son utilisateur à le remplir avec modération. Attribué à Pythagore, ce verre permet à l’utilisateur de le remplir jusqu’à un certain niveau. Si l’utilisateur remplit le verre jusqu’à ce niveau, il peut boire normalement, s’il le remplit au-dessus de ce niveau, la coupe déverse son contenu par le bas.

Véritablement, on ne peut plus dire en 2025 que le musée est « ce temple dont le public ne pousse pas les portes » ! Le musée est maintenant bel et bien ouvert sur la ville. L’installation d’une vitrine sur rue en est sans aucun doute la démonstration la plus symbolique !

Quelle effervescence dans le musée depuis tôt ce matin. Aujourd’hui est un grand jour pour toute l’équipe ! Les médiateurs sont sur le pont pour lancer leur troisième édition de « Dis-moi, comment ça fonctionne ! ». Le musée va accueillir dans quelques heures plus de 180 élèves en classe de 3ème pour démonter et remonter ensemble une pièce issue de nos collections. Cette année il s’agit d’un Tracteur 201 SFV ! Quel bonheur l’an dernier de voir la portée de cette nouvelle animation dans la naissance de vocations.

Tout avait commencé avec ce fichu confinement de 2020 ! 7 semaines de fermeture !

Je me rappelle, le directeur était affolé ! Il venait de prendre son poste et voyait déjà les chiffres catastrophiques de fréquentation pour sa première année ! De plus il était obnubilé par la sécurité des collections à tel point qu’il voulait dormir au musée durant toute la période ! A l’époque c’est l’équipe des médiateurs – qui avait le plus à perdre d’ailleurs – qui s’était révélée extraordinaire d’ingéniosité. D’animateurs, ils étaient devenus Agitateurs ! De leur côté, les conservateurs responsables des différents départements de collections eux, mettaient tous leurs collections en ligne, créaient des visites et des expositions virtuelles…Ils pensaient sincèrement capter les visiteurs sur la toile ceux-là même qui ne franchissaient pas habituellement les portes du musée ! Les ressources en ligne existaient depuis longtemps mais ignorées par les publics ! L’effet de leur action s’arrêtait aux sympathiques « j’aime » ou « bravo » des quelques internautes.

Les médiateurs pour leur part sont partis de la réflexion que parents et enfants étaient toute la journée ensemble et ont proposé plutôt des animations à faire EN famille :

  • le musée des beaux-arts de notre ville a proposé de recomposer les tableaux des collections en se déguisant, en utilisant les objets de la maison…les photos les plus étonnantes étaient alors récompensées. Après le confinement il y a eu une grande expo où étaient exposées les photos reçues autour des œuvres originales. Le directeur n’avait jamais vu autant de monde dans son musée ! Chacun venait voir ce qu’il avait créé.
  • LUDIC, le musée du jeu, avait proposé par ses réseaux sociaux de créer un nouveau type de jeu familial loin des jeux de plateaux traditionnels…En 2022, quatre nouveaux jeux ont ainsi été édités et ont rejoint les collections. Depuis le musée ne désemplit pas avec ses soirées jeux en famille associées aux conférences d’un nouveau genre sur l’histoire d’un jeu « Une heure, un jeu ».

A postériori, cette période a vraiment permis de changer la relation entre le musée et son public. La relation n’est plus simplement descendante. Le public découvrait le musée ! Sans aucune campagne de communication, sans crowdfunding des donateurs sont apparus spontanément parmi ce nouveau public …et sont restés fidèles. Ils financent LEUR musée !

Parallèlement d’autres personnes ont proposé régulièrement de mettre à disposition du lieu et des équipes leurs compétences. Un nouveau bénévolat est né, actif et non plus seulement consommateur !
Une nouvelle relation s’était établie ; le musée avait-il trouvé SON public ?

Dans le secteur économique, de nombreux chefs d’entreprises ont aussi franchi la porte des musées en y trouvant des ressources insoupçonnées. Les équipes du nouveau Siège d’un constructeur automobile récemment installé sur notre territoire viennent régulièrement au musée de l’automobile pour travailler sur les modèles de demain en s’inspirant des collections.

Sur fond de crise sanitaire, le musée du XXIe siècle est-il né ?
Une nouvelle relation avec le public est-elle enfin apparue ?

N’avons-nous pas été trop vite ?
Sommes-nous sur la bonne route ?
L’urgence a-t-elle du bon ?

L’avenir nous le dira dans tous les cas, la révolution culturelle est en marche !

__________

Michel Taeckens, Délégué général, PROSCITEC Patrimoines et Mémoires des Métiers, m.taeckens@proscitec.asso.fr