Migrations environnementales : on se bouge ?

Conférence, le 9 octobre 2021 à 16h, au Palais de la Porte Dorée

Le terme « migrant environnemental » recouvre des formes de migrations extrêmement variées tant les nombreuses raisons de migrer, à la fois économiques, sociales, politiques, environnementales, sont imbriquées. Par exemple, selon le dernier rapport Groundswell de la Banque mondiale, plus de 216 millions de personnes pourraient être contraintes de migrer à l’intérieur de leur pays en raison de facteurs spécifiquement climatiques d’ici à 2050, et ce, dans six régions (Afrique Subsaharienne, Asie centrale, Asie du Sud, Asie de l’Est et Pacifique, Afrique du Nord, Europe de l’Est).

De plus en plus médiatisé pour aborder les conséquences du changement climatique et sensibiliser l’opinion public à ce sujet, le rôle précis des facteurs environnementaux dans les migrations humaines reste pourtant méconnu. Ainsi, ces mobilités forcées sont-elles le propre de notre époque ? Les fortes variations entre les régions, entre les phénomènes climatiques concernés, entre les formes de migrations, internes ou interna- tionales, n’amènent-elles pas à nuancer toute projection globale ?

Intervenants :

  • Frédéric Docquier, économiste, responsable de programme de recherche (Crossing Borders) à l’Institut de Recherche socio-économique du Luxembourg (LISER).  
  • David Kithoko, fondateur de l’association Génération Lumière, lauréat et ambassadeur du Programme Génération Climat conçu par la Fondation Nicolas Hulot et le Forum des Organisations Issues des Migrations (FORIM).
  • Sylvie Dufour, endocrinologue et biologiste de l’évolution, directrice de recherche au CNRS, chargée de mission mer au Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN, Paris). 
  • Animé par Céline Loozen, journaliste (France Culture). 

Une conférence organisée dans le cadre des 30 ans de la Fête de la Science, le samedi 9 octobre 2021 à 16h, au Palais de la Porte Dorée

En savoir plus…