Exhumer les mémoires de l’esclavage. Le regard de l’archéologie

Conférence, le 30 novembre 2021, à l’auditorium du musée national de l’histoire de l’immigration, à Paris – cycle « Archéologie dans la cité »

Ces dernières décennies, une archéologie de l’esclavage s’est développée dans les Amériques, dans l’océan Indien et aussi en Afrique, apportant des informations documentaires inédites sur l’histoire coloniale au sein de laquelle les populations asservies deviennent ainsi visibles là où les archives écrites sont silencieuses. Cette archéologie du modeste fait son apparition dans des sources très inégales où les colonisateurs tiennent une place dominante à tous égards, mettant en avant les édifices militaires, églises, les maisons d’habitation, ou encore les moulins, les usines à sucre, les caféières, etc. Les vestiges des villages précaires des esclaves, des rues “cases nègres”, des lieux de sépultures sans parler des camps des esclaves fugitifs sont, bien plus discrets et difficiles à déceler. 

Entre Dominique Taffin et André Delpuech, ce nouvel épisode de L’Archéologie dans la Cité sera l’occasion d’un regard croisé entre les données issues des archives du sol et des documents écrits. Il s’agira également d’aborder les questions mémorielles pleinement d’actualité autour de cette histoire tragique de la déportation et de l’asservissement de millions d’Africains durant plusieurs siècles.

Conférence-débat avec André Delpuech, directeur du Musée de l’Homme, et Dominique Taffin, directrice de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, animé par Anaïs Kien, journaliste

________________________________________

Conférence, le 30 novembre 2021, à l’auditorium du musée national de l’histoire de l’immigration
293 avenue Daumesnil – 75012 Paris (métro Porte Dorée) – cycle de conférences « Archéologie dans la cité »

Entrée libre de 16h50 à 17h20, sur réservation et dans la limite des places disponibles. Passe sanitaire obligatoire à l’entrée du musée.

En savoir plus…