Se faire peur pour éviter le pire : le pouvoir des dystopies

Conférence, le jeudi 20 janvier 2022, à 19h, à la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris – Cycle « Science-Fiction : imaginer d’autres possibles »

La fiction et l’imaginaire sont de formidables instruments qui peuvent nous aider à éclairer nos choix politiques et à mieux comprendre les changements sociétaux. En nous projetant dans des avenirs sombres ou radieux qui agissent comme des miroirs déformants du présent, les récits d’anticipation redessinent les contours du possible et du souhaitable. De son côté, la prospective et ses outils d’intelligence collective construisent des scénarios qui permettent d’identifier les tendances lourdes, signaux faibles et moteurs de changement, pour mieux comprendre les chemins empruntés et les possibles points de bifurcation à venir.

Plus que jamais, l’imagination du futur semble aujourd’hui tiraillée entre promesses et menaces technologiques, utopies techno-optimistes ou prophéties d’effondrement global. Entre ces deux extrêmes, la transition énergétique et ses thèmes privilégiés (digitalisation, économie circulaire), peut-il faire office de nouveau grand récit ? Comment renouveler notre imaginaire socio-technique ? Ce pouvoir du récit ne devrait-il pas également susciter la méfiance ? Quel rôle les dystopies peuvent-elles jouer dans notre appréhension de l’avenir ?

Frédéric Claisse, sociologue, attaché scientifique à l’Institut Wallon de l’Evaluation, de la Prospective et de la Statistique et à l’ULiège.

Conférence, le jeudi 20 janvier 2022, à 19h, à la Cité des sciences et de l’industrie

_____________________________________________

Science-Fiction : imaginer d’autres possibles

Cycle de conférences – Janvier 2022

En savoir plus…