Sommaire du n°186

Médiation des trous noirs
Définir le musée

Edito

Partager les points de vue et les pratiques professionnelles

Relayer et créer des espaces de partage autour de l’actualité… Centre de ressources et de savoirs partagés, l’Ocim cultive les liens avec les acteurs du patrimoine et de la culture scientifiques, techniques et industriels (PCSTI). C’est pourquoi ce numéro de la lettre de l’Ocim leur donne la parole sur la définition du musée telle qu’elle a été présentée à Kyoto lors de la conférence d’Icom international et le débat qui s’en est suivi autour du musée de demain. L’Ocim relaye un certain nombre de points de vue portés individuellement ou institutionnellement par des professionnels du PCSTI ou par différents réseaux professionnels.
Analyser et capitaliser autour des pratiques professionnelles… Comme chaque lettre de l’Ocim, ce numéro témoigne également de l’évolution des savoir-faire des professionnels, mais aussi des limites de nos institutions. Il y est question de la représentation des trous noirs, de la conservation de collections de crânes d’animaux et de l’accueil des publics autistes.
Merci à l’en­­semble des auteurs d’avoir contribué à ce numéro éclectique, reflet des réalités et des questionnements de cette fin d’année 2019.
Que ce soit pour nourrir un débat, relayer l’actualité, mettre en lumière des actions, prendre du recul sur vos pratiques et partager les convictions qui vous animent, l’Ocim vous invite à contribuer aux prochains numéros de la lettre. Différentes rubriques s’offrent à vous, alors n’hésitez pas à nous contacter pour enrichir les contenus.
Enfin, ce numéro est l’occasion de saluer le départ de Serge Lochot qui, en tant que rédacteur en chef, a œuvré depuis 20 ans pour faire de la lettre de l’Ocim un outil au service des acteurs du PCSTI. Et nous souhaitons bienvenue à Isaline Jérôme, qui reprend le flambeau à compter de ce numéro.

Ewa Maczek / Directrice par intérim de l’Ocim